Système d’identification automatique (SIA)

Feuillet de faits sur le Système d'identification automatique [PDF - 985 Ko]

Faits saillants :

  • Avantage collatéral pour la sûreté maritime
  • Rentabilité/efficacité
  • Capacité opérationnelle continue
  • Responsabilité de la direction de la sûreté maritime
  • Meilleure connaissance de la situation maritime
  • Avantages au chapitre de la sécurité, de la navigation et de la sûreté

Aperçu

Le système d’identification automatique (SIA) est un système de suivi des navires qui fournit aux exploitants de navires des mises à jour automatiques sur la position des navires et sur d’autres données pertinentes concernant les voyages des navires. Le Règlement sur la sécurité de la navigation, qui est entré en vigueur le 10 mai 2005, stipule ce qui suit : « À l’exception des bâtiments de pêche, les navires de 500 tonneaux ou plus qui n’effectuent pas un voyage international doivent être munis d’un SIA…. »

Mode de fonctionnement

Le but du projet du SIA est de rehausser la capacité de la Garde côtière en matière d’identification et de surveillance du trafic maritime pour mieux déterminer quels navires s’approchent des eaux canadiennes ou y naviguent. La Garde côtière canadienne est chargée de la construction et de l’exploitation de la composante terrestre du réseau national du SIA, qui consiste en l’installation de stations terrestres du SIA à des endroits précis pour effectuer un suivi des navires à moins de 40 à 50 milles marins du littoral.

Le NGCC Terry Fox côte à côte avec un navire de la marine canadienne lors d’un exercice d’intervention environnementale.

L’infrastructure terrestre du SIA est intégrée aux centres des services de communications et de trafic maritime (SCTM), ce qui fera en sorte que 19 centres des SCTM et 113 emplacements éloignés seront munis de SIA. Le SIA, qui utilise la bande maritime à très haute fréquence, peut transmettre des renseignements sur les navires comme l’identité, la position, le cap, la longueur, la largeur, le type et le tirant d’eau ainsi que des renseignements sur les cargaisons dangereuses à d’autres navires et à des stations terrestres du SIA exploités par une autorité compétente. Le SIA est capable de gérer plus de 2 000 rapports par minute et fournit des mises à jour jusqu’à toutes les deux secondes.

En plus de gérer le trafic maritime en général, les centres de SCTM fournissent un flux de données tirées du SIA à d’autres ministères comme le ministère de la Défense nationale et aux centres des opérations de la sûreté maritime pour accroître davantage la connaissance de la situation maritime et pour aider à relever les anomalies présentes dans les eaux canadiennes.