Centres des opérations de la sûreté maritime (COSM)

Faits sur les Centres des opérations de la sûreté maritime [PDF - 997 Ko]

Highlights:

  • Capacité spécialisée
  • Rentabilité/efficacité
  • Capacité opérationnelle continue
  • Responsabilité de la direction de la sûreté maritime
  • Meilleure connaissance de la situation maritime
  • Avantages au chapitre de la sûreté et meilleur connaissance de la situation pour les partenaires fédéraux

Aperçu

La Politique de sûreté nationale de 2004 a prescrit la création de centres des opérations de la sûreté maritime (COSM) pour renforcer la sûreté maritime des Canadiens et de ses alliés. Trois COSM sont actuellement opérationnels, toutefois toujours en dévelopement et ils recueillent et analysent un grand volume de renseignements sur l’environnement maritime afin d’identifier les menaces pour la sûreté. L'implentation continu de ce project est dirigé par le ministère de la Défense nationale (MDN) qui s'occupent des deux centres côtiers, alors que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) dirige celui des Grands Lacs et de la Voie maritime du Saint-Laurent.

Mode de fonctionnement

Un navire de la Garde côtière canadienne naviguant devant un navire de la marine canadienne

Les COSM sont un exemple unique de l’intégration de plusieurs organismes, car des membres du MDN, de la GRC, de l’Agence des services frontaliers du Canada, de Transports Canada, du ministère des Pêches et des Océans (MPO) et de la Garde côtière canadienne (GCC) y collaborent chaque jour. Chaque organisme est chargé de tenir à jour ses mandats ministériels, ses voies hiérarchiques et ses structures de communication au sein des COSM, alors que les systèmes d’information uniques et l’expertise de chacun sont mis en commun, le cas échéant, pour rehausser la capacité des COSM à surveiller les eaux territoriales canadiennes ainsi qu’à détecter et à évaluer les menaces pour la sûreté.

Le rôle de la GCC au sein des COSM inclut la collecte et l’analyse des renseignements du trafic maritime et d’autres données concernant les activités sur l’eau qui sont accessibles à l’organisme. Le personnel de la Direction de la conservation et de la protection du MPO fournit également des données précieuses sur le trafic maritime des bateaux de pêche ainsi que sa propre expertise en menant des activités de surveillance et d’analyse. Le MPO et la GCC fournissent des systèmes et de l’expertise pour la détection, l’identification et la surveillance du trafic maritime dans les eaux canadiennes au large des côtes des océans Atlantique et Pacifique, dans l’Arctique ainsi que dans les Grands Lacs et dans la Voie maritime du Saint-Laurent.

La GCC a grandement contribué aux COSM au cours de la période 2010-2011 en mettant en œuvre le système d’identification et de suivi à distance des navires (LRIT) qui est un système point à point sécuritaire qui permet de recueillir, d’emmagasiner et d’acheminer les données des navires lorsqu’ils naviguent en haute mer. Le LRIT, dont la mise en œuvre est terminée, permet aux COSM d’identifier et de surveiller environ 1 000 navires par jour, à une distance de plus de 2 000 milles marins.