ARCHIVÉ - NOS NAVIRES ET HÉLICOPTÈRES…OPÉRATIONNELS ET SÉCURITAIRES

Attention Cette information est archivée parce qu'elle est désuete et n'est plus pertinente.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

En vertu du programme de Préparation opérationnelle de la Flotte (POF), la Flotte assure la disponibilité de navires et d’hélicoptères sûrs, fiables et opérationnels, équipés de professionnels compétents pour répondre aux besoins en mer de la Garde côtière canadienne, du MPO et des autres ministères et organismes du gouvernement. La Flotte aide de la sorte ses clients à assumer leurs responsabilités de satisfaction de leur mandat opérationnel, plan d’activités et autres obligations en fonction des fonds disponibles.

Grue déplaçant un camion sur le NGCC Terry Fox dans la région de T.-N.&L.
Grue déplaçant un camion sur le NGCC Terry Fox dans la région de T.-N.&L.

En 2008-2009, la Flotte exploitait 116 navires et 22 hélicoptères (voir Tableau 3 pour la répartition par catégorie). Nombre de ces actifs sont « multitâches », ce qui signifie qu’ils sont capables de répondre aux besoins de plusieurs clients au cours d’une même mission. D’autres actifs sont dotés des capacités spécialisées nécessaires à la satisfaction d’un client ou d’un programme particulier, notamment les patrouilles et les arraisonnements armés du programme d’écosystèmes et gestion des pêches (EGP) pour l’application des règlements sur la pêche.

Tableau 3 : Nombre de navires et d’hélicoptères opérationnels par type, 2009-2010
Type de navire et d’hélicoptère Nombre 
Brise-glace polaire 0
Brise-glace lourd 2
Brise-glace moyen 4
Navire polyvalent de grande endurance 7
Navire polyvalent d’endurance moyenne 4
Patrouilleur hauturier 4
Patrouilleur semi-hauturier 11
Navire hauturier de recherches océanographiques 2
Navire hauturier de recherches halieutiques 4
Véhicule à coussin d’air 4
Navire baliseur spécialisé 3
Embarcation de Recherche et sauvetage (SAR) 46
Navire hydrographique 5
Navire hydrographique et de sondage de chenal 2
Navire semi-hauturier de recherches halieutiques 5
Navire spécialisé 13
Nombre total de navires 116
Nombre total d’hélicoptères 22
Nombre total d’hélicoptères et de navires 138

NGCC Tracy, navigant sur le fleuve St.Laurent, QC
NGCC Tracy, navigant sur le fleuve St.Laurent, QC

3.1 BÂTIR UNE FLOTTE PLUS DURABLE

La GCC est fière de sa flotte adaptable et capable d’assurer une variété de services de manière sûre, sécuritaire, efficace et efficiente. Toutefois, plus de 70 % des navires de la Flotte de la GCC ont dépassé la moitié de leur vie utile anticipée, comme le montre le tableau 4, qui illustre en outre l’âge des navires par taille en 2009−2010. En dépit d’investissements considérables consentis depuis 2003 au fur et à mesure du vieillissement des navires, davantage de pannes se produisent et les coûts de réparation augmentent. En outre, les infrastructures à terre, notamment les stations de la GCC, les tours de radio et les centres de Services de communication et de trafic maritimes (SCTM) continuent de se détériorer et exigent de plus en plus d’investissements importants. La difficulté pour la Flotte est de maintenir ses niveaux de service tout en gérant l’infrastructure vieillissante et les changements technologiques, notamment le fait de se détourner des aides physiques traditionnelles pour adopter un service électronique moderne et axé sur l’information.

Le Plan d’investissement de la Flotte (PIF) est le seul moyen de financement interne dont nous disposons pour investir dans nos navires, aéroglisseurs, hélicoptères, ainsi que dans les autres actifs gérés par la Flotte. Ce plan, mis à jour chaque année, octroie des fonds sur des périodes de cinq ans d’après des facteurs comme l’état général des actifs et les résultats des inspections réglementaires. La Flotte optimise l’utilisation des fonds d’investissement annuels (à l’heure actuelle, 91,5 millions de dollars par an) qui sont destinés à remplacer les navires plus petits et à ragréer les plus grands, sachant qu’une majorité d’entre eux sont entrés dans la deuxième moitié de leur durée de vie utile.

Tableau 4 : Âge des navires, 2009–2010
NaviresNombreL’âge des biens
de plus de 25 ansde 15 à 25 ansde moins de 15 ans
Grands navires
Durée de vie théorique – 25 à 45 ans
39 27 12 -
Véhicules à coussin d’air
Durée de vie théorique – 25 ans
4 1 - 3
Petits navires
Durée de vie théorique – 15 à 20 ans
73 14 17 42
Navires 116 42 29 45
Hélicoptères 22 11 11 -
TOTAL DE LA FLOTTE 138 53 40 45

La Flotte poursuit par ailleurs l’élaboration de son Plan de renouvellement de la Flotte (PRF), en se rapprochant toujours plus d’un organisme plus souple et prêt à la mission. Le plan tient compte de l’évolution des priorités du gouvernement et des demandes en matière de services et permettra, une fois financé et mis en oeuvre, une plus grande souplesse dans la réponse aux besoins des clients, dans un environnement complexe et changeant.

Les difficultés de financement et le vieillissement de la flotte de navires et d’hélicoptères ont mené le gouvernement du Canada à approuver la portion du PRF qui autorise la construction d’un certain nombre de grands navires pour des programmes dans le cadre desquels les services sont essentiels. Le montant total de l’investissement s’élève aujourd’hui à 1,4 milliard de dollars pour la construction :

  • de neuf patrouilleurs semi-hauturiers;
  • de trois navires hauturiers de recherche sur les pêches;
  • d’un navire hauturier de recherches océanographiques;
  • d’un brise-glace polaire; et
  • d’un véhicule sur coussin d’air.

Pendant la construction de ces navires de remplacement, la Flotte demeure confrontée à des défis importants liés à l’âge avancé de nombre de ses navires en opération, en particulier ceux pour lesquels la possibilité d’un financement pour la construction de navires de remplacement n’a pas encore été étudiée. Nos brise-glaces, par exemple, dont la construction remonte à des décennies, atteindront sous peu la fin de leur vie utile. Ces vieux navires coûtent cher en entretien et sont moins souvent disponibles. Ces situations réduisent à leur tour la capacité globale de la Flotte. Des règlements maritimes plus rigoureux dans les secteurs de traitement des eaux usées, gestion de l’amiante, émissions atmosphériques et prévention de la pollution peuvent également perturber le fonctionnement de la Flotte.

Le budget fédéral 2009 du gouvernement du Canada, intitulé Plan d’action économique du Canada, prévoit 175 millions de dollars en financement de stimulation pour la GCC afin que celle-ci puisse mettre en oeuvre des projets qu’elle ne pouvait pas se permettre par le passé. Ce financement lui est attribué sur une période de deux ans à compter de l’exercice financier 2009- 2010, et lui permettra de construire une flotte de navires plus durables tout en réalisant des économies locales.

Hélicoptère MBB BO-105 de la Garde côtière canadienne, dans la région de T.-N.&L.
Hélicoptère MBB BO-105 de la Garde côtière canadienne, dans la région de T.-N.&L.

Le Plan d’action économique prévoit un financement pour la prolongation de la durée de vie de cinq navires indispensables ( NGCC Bartlett, NGCC Tracy, NGCC Cape Roger, NGCC Tanu et NGCC Limnos). Il prévoit par ailleurs des fonds particulièrement bienvenus pour la réparation de navires plus importants et l’acquisition de 98 nouveaux petits navires, embarcations de sauvetage, barges et autres petites embarcations (voir tableau 5). Ces fonds permettront à la GCC de continuer d’assurer des services de type recherche et sauvetage et intervention environnementale sur les déversements maritimes. Tous les travaux importants de réparation et de prolongations de la durée de vie annoncés dans le PAE devraient être achevés d’ici mars 2011.

Tableau 5 : Plan d’action économique pour la Garde Côtière canadienne (Budget stimulus)
ProjetDescriptionQuantitéTailleLieu
PVN NGCC Bartlett 1 64 m PA
NGCC Tracy 1 55 m QC
NGCC Limnos 1 45 m C&A
NGCC Cape Roger 1 63 m T.-N.&L.
NGCC Tanu 1 55 m PA
Radoub Navires visés 35 Diverses Toutes les régions
Acquisition Navire semi-hauturier de recherches halieutiques 3 2 x 22 m
1 x 25 m
MA et QC
Embarcations de SAR (embarcation de sauvetage à moteur de 47 pieds - catégorie Cape) 5 14 m PA, C&A, QC, MA
Barges Intervention environnementale 30 Diverses Nationalement
Petites embarcations 60 Diverses Nationalement

Ce financement de relance étant prévu pour prendre fin d’ici mars 2011, le gouvernement fédéral prévoit des fonds supplémentaires dans son budget fédéral de 2010 visant à aider la GCC à poursuivre le renouvellement de sa flotte de navires vieillissants. Le Budget 2010 prévoit en effet 27,3 millions de dollars pour le remplacement de l’aéroglisseur vieillissant de la station Sea Island de la côte Ouest. Son nouvel aéroglisseur à la pointe de la technologie assumera le rôle d’unité principale d’intervention en recherche et sauvetage. Ce nouveau financement porte l’aide financière totale depuis 2005 dans les budgets fédéraux pour la construction et l’entretien des navires de la Garde côtière à plus de 2,1 milliards de dollars.

NGCC George R. Pearkes, navire multitâche à haut rayon d'action / brise-glace léger
NGCC George R. Pearkes, navire multitâche à haut rayon d'action / brise-glace léger

Le Plan d’investissement de la Flotte, les investissements récents du gouvernement et l’investissement initial dans le Plan de renouvellement de la Flotte sur 30 ans aident cette dernière à améliorer de façon continue l’état de ses actifs. Toutefois, les opérations de radoub et de remplacement des navires vieillissants peuvent prendre des années, et rendre ainsi difficile la pérennisation du rendement de la Flotte et de ses activités de programme dans l’intervalle. Quoi qu’il en soit, la Flotte reste engagée à déployer tous les efforts nécessaires pour veiller à ce que ses actifs soient sécuritaires et prêts à la mission.

3.2 REMPLACEMENT DES PETITS NAVIRES

Le tableau 6 décrit les constructions de nouveaux petits navires prévues dans le Plan de renouvellement de la Flotte :

Résultats de 2009-2010
Entrée en service du NGCC Kelso, un navire spécialisé de la région du Centre et de l’Arctique qui sera utilisé dans le cadre des opérations de recherche limnigraphique en septembre 2009;
Attribution d’un marché pour l’acquisition de neuf nouveaux patrouilleurs semi-hauturiers, dont le premier devrait être prêt en 2011; et
Acquisition de quatre nouveaux navires d’opérations dans les glaces conçus spécifiquement pour les opérations de sauvetage, ainsi que de dix nouvelles embarcations rapides de sauvetage devant remplacer des embarcations existantes qui approchent la fin de leur vie utile.

Tableau 6 : Remplacement des petits navires
DescriptionQuantitéTailleLieuDate de livraison prévue
Navire spécialisé 2 1 x 18 m
1 x 14 m
Provinces du Nouveau-Brunswick et de L’Île-du-Prince-Édouard 2010 et 2011
Embarcation de Recherche et sauvetage (SAR) 5 16 m Région du Pacifique et les provinces de la Nouvelle-Écosse, de l’Ontario, et du Québec 2010 - 2011
Navire semi-hauturier de recherches halieutiques 3 2 x 22 m
1 x 25 m
Régions du Québec et des Maritimes 2011
Véhicule à coussin d’air (Aéroglisseur) 1 25 m Région du Pacifique 2013 - 2014

3.3 REMPLACEMENT DES GRANDS NAVIRES

Le tableau 7 détaille les remplacements financés pour des grands navires.

Tableau 7 : Remplacement des grands navires
DescriptionQuantitéTailleLieuDate de livraison prévue
Patrouilleur semi-hauturier 9 43 m Nationalement 2011 - 2013
Navire hauturier de recherches halieutiques 3 65 m MA, T.-N.&L., et PA 2014 - 2015
Navire hauturier de recherches océanographiques 1 90 m MA 2014
Brise-glace polaire 1 140 m À déterminer 2017
Résultats de 2009-2010
Exécution des activités d’élaboration détaillées du navire hauturier de science océanographique. Le processus de soumission par concours pour cette acquisition est prévu en 2010-2011;
Attribution d’un marché pour l’élaboration et la construction de trois nouveaux navires de sciences halieutiques semi-hauturiers, dont la livraison est prévue d’ici mars 2011.

Le NGCC Bartletts’ offre un rajeunissement de 16,9 M$

À la traversée du pont Second Narrows dans North Vancouver, il était difficile de ne pas voir le NGCC Bartlett en cale sèche chez Allied Shipbuilders, à quelques pas de l’extrémité nord du pont. Allied Shipbuilders a en effet remporté le marché pour les deux contrats de prolongation de la durée de vie utile du navire de la Garde côtière canadienne de 190 pieds. La première phase du projet, qui s’élève à 1,4 million de dollars, octroyés en vertu du Plan d’action économique (PAE) du gouvernement, a commencé en juillet 2009. Un second contrat important de 15,5 millions de dollars a démarré en octobre 2009 et les travaux se sont poursuivis à un rythme effréné jusqu’à son achèvement en mai 2010. « Ces rénovations permettront au Bartlett de fonctionner pendant dix années supplémentaires, à faire ce qu’il fait de mieux, à savoir travailler le long de la côte, entretenir les bouées, procéder à des opérations de Recherche et sauvetage et d’intervention environnementale », a déclaré Louise Ann Granger, gestionnaire de projet de la Garde côtière canadienne pour la prolongation de la durée de vie utile du Bartlett dans le cadre du PAE.

Ce contrat a permis à l’entreprise qui se charge des rénovations de recruter plusieurs employés qu’elle avait dû licencier plus tôt au cours de l’année. En outre, le projet du Bartlett a permis au chantier naval de recruter une dizaine d’apprentis dans tous les corps de métiers, afin que ces derniers puissent acquérir les compétences nécessaires pour assurer l’avenir d’Allied Shipbuilders et de l’industrie maritime en Colombie-Britannique. Le projet du Bartlett ne s’est pas contenté de profiter à l’entreprise Allied Shipbuilders, il s’est en effet traduit par une période de prospérité économique pour l’industrie locale, avec plus de la moitié de sa valeur dépensée sur l’achat de matériels et d’équipements auprès de fournisseurs et de fabricants locaux. À présent que les opérations de prolongation de la durée de vie utile du Bartlett sont achevées, le navire est prêt pour une nouvelle décennie de services.

(Source : Dan Bate, Du littoral, Vol. 13, No 1)

Officiers de Officiers de Recherche et sauvetage (SAR) sur une embarcation rapide de sauvetage
Officiers de Recherche et sauvetage (SAR) sur une embarcation rapide de sauvetage