ARCHIVÉ - SERVIR LES CANADIENNES ET LES CANADIENS… SÉCURITÉ AVANT TOUT

Attention Cette information est archivée parce qu'elle est désuete et n'est plus pertinente.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Qu’il s’agisse de soutenir l’industrie vitale de la pêche commerciale canadienne, le transport maritime et de marchandises, le tourisme ou les millions de plaisanciers du pays, la Garde côtière canadienne est toujours présente et prête à servir. Symbole de souveraineté reconnu à l’échelle nationale, elle sert sur trois océans, le fleuve Saint- Laurent, les Grands Lacs, et sur d’autres voies navigables importantes. Souvent, elle est la seule présence fédérale dans de nombreuses collectivités éloignées, en particulier en Arctique, menant des opérations dans des conditions météorologiques parmi les plus rigoureuses au monde le long du littoral le plus étendu du monde. En service 24 heures sur 24, chaque jour de l’année, la Garde côtière canadienne est tenue de livrer ses services non seulement conformément à nos ententes en matière de niveau de service, mais en toute sécurité, à tout moment et dans toutes les circonstances.

La Flotte de la Garde côtière canadienne s’inscrit au coeur des opérations en mer de la GCC. La flotte de navires et d’hélicoptères de la GCC, gérée et exploitée par l’Administration centrale et les directions régionales de la Flotte de tout le pays, joue un rôle décisif, mais évolutif le long du littoral le plus étendu du monde, du plus vaste réseau d’eau douce et des plus longues voies navigables intérieures, y compris les quelque 3,7 millions de km2 qui constituent la Zone économique exclusive canadienne. La Flotte consiste en 116 navires et 22 hélicoptères – des bateaux de recherche et sauvetage agiles aux briseglaces capables de se frayer une route à travers plusieurs épaisseurs de glace. La Flotte exploite les seuls navires résistant aux glaces du gouvernement du Canada, susceptibles de naviguer dans les eaux dangereuses de l’Arctique, des côtes de Terre-Neuve et Labrador, du golfe du Saint-Laurent et des Grands Lacs. Quelque 2 400 officiers et équipages en uniforme communiquent aux Canadiennes et aux Canadiens un sentiment immédiat de sécurité et de sûreté lorsqu’ils arrivent sur le lieu d’un incident, dans le cadre de leurs fonctions et responsabilités normales ou lors d’interventions sur une urgence. À terre, 2 100 autres employés de l’ensemble du Canada sont la force vive de l’organisme de la GCC et appuient notre personnel en mer.

Officiers de SAR sur une embarcation rapide de sauvetage
Officiers de SAR sur une embarcation rapide de sauvetage

Au cours d’une journée typique, la Garde côtière canadienne :

  • sauve 8 vies;
  • prête main-forte à 55 personnes dans 19 situations de recherche et de sauvetage;
  • fournit 55 services d’aide à la navigation;
  • traite 1 547 contacts radio maritimes;
  • gère 2 325 déplacements de navires de commerce;
  • escorte quatre navires de commerce à travers la glace pendant la saison;
  • effectue 11 patrouilles de pêche;
  • appuie trois missions hydrographiques.
  • appuie huit missions scientifiques;
  • intervient sur trois événements de pollution déclarés; et
  • sonde cinq kilomètres de fond de chenal maritime.

Le mandat de la Garde côtière canadienne relève de la Loi constitutionnelle de 1867, qui confère au gouvernement fédéral une autorité exclusive sur la navigation et les navires, les balises et les bouées, les phares et l'île de Sable. Bien que la Garde côtière existe depuis des décennies sous une forme ou sous une autre, la Loi sur les océans (1996) et la Loi sur la marine marchande (2001) lui confèrent son mandat particulier. La Loi sur la marine marchande confère au ministre des Pêches et des Océans des responsabilités, des pouvoirs et des obligations eu égard aux aides à la navigation, à l’île de Sable, aux activités de recherche et sauvetage, aux interventions environnementales (IE) et aux services de trafic maritime. La Loi sur les océans confère au ministre des Pêches et des Océans du Canada la responsabilité des services destinés à assurer la sécurité, la rentabilité et l’efficacité du déplacement des navires dans les eaux canadiennes, par la prestation d’aides à la navigation, de services de communication et de gestion du trafic maritime, de services de briseglace et de gestion des glaces et d’entretien des chenaux. Elle lui confère également la responsabilité des programmes SAR, d’IE et d’appui aux autres ministères, conseils et organismes du gouvernement, par la fourniture de navires, d’hélicoptères, entre autres services.

Science dans le Nord
Science dans le Nord
Photo: du Winnipeg Free Press

1.1 NOS CLIENTS

En sa qualité de propriétaire et d’exploitant de la flotte civile du gouvernement du Canada, les professionnels qualifiés de la Flotte de la Garde côtière servent des clients dans tous les secteurs de l’économie canadienne : le grand public, les transports marchands, les exploitants de services de traversier, les pêcheurs, les plaisanciers, les collectivités côtières et les autres ministères et organismes (AM). En sa qualité de prestataire des services en mer de la GCC, la Flotte met à la disposition de ses clients des navires et des professionnels maritimes pour :

  • assurer les services en mer de la GCC associés à la recherche et au sauvetage (SAR), à la sûreté maritime, à l’application des règlements, à l’intervention environnementale, au déglaçage, aux aides à la navigation, aux services de communications et de trafic maritimes, à la recherche scientifique et à la gestion des voies navigables;

  • intervenir dans le cadre des priorités maritimes fédérales et des urgences naturelles ou d’origine humaine en sa qualité d’acteur clé dans diverses activités mandatées en vertu du Plan fédéral d’intervention d’urgence;

  • participer à la planification et aux exercices nationaux et internationaux d’IE et de SAR;

  • appuyer les activités scientifiques du MPO ainsi que les opérations de conservation et de protection des ressources de pêche;

  • appuyer les besoins en mer des AM, notamment Ressources naturelles Canada et Environnement Canada, entre autres; et

  • appuyer les activités non militaires du ministère de la Défense nationale (MDN), de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), de Sécurité publique du Canada, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et de Transports Canada (TC).

Le graphique 1 présente la répartition des clients de la Flotte en 2009-2010. Il indique notamment que 66 % de nos services sont dédiés aux programmes de la GCC, le plus important étant le programme SAR. D’autres programmes de cette catégorie concernent les interventions environnementales (IE), les Services de communications et de trafic maritimes (SCTM), l’IE, les Aides à la navigation, la gestion des voies navigables et les Services de déglaçage. Les 34 % restants de nos services étaient dédiés aux programmes Écosystèmes et gestion des pêches (EGP) – anciennement appelé Gestion des pêches et de l’aquaculture – Sciences, autres ministères et organismes du gouvernement (AM) et Sûreté maritime. Ces pourcentages de prestation de services correspondent généralement à ceux des années précédentes.

Graphique 1 : Répartition des clients de la Flotte, 2009-2010 (% du nombre total des jours opérationnels)

1.2 NOS OPÉRATIONS

En sa qualité de seule flotte civile du Canada, la Flotte de la Garde côtière canadienne se doit de toujours être prête à entreprendre des missions maritimes au service des citoyens et du gouvernement du Canada. La Flotte de la GCC est exploitée dans certaines des conditions maritimes les plus hostiles de la planète. Au cours d’une année donnée, le personnel de la GCC peut être appelé à faire face à de nombreux défis, au nombre desquels :

  • des températures atmosphériques qui varient de -40°Celsius à +40°Celsius;
  • des températures de l’eau pouvant varier de -2°Celsius à +30°Celsius;
  • des formations de glace qui varient constamment;
  • des coups de vent ou des vents de force ouragan;
  • des vagues pouvant parfois dépasser 20 m de hauteur; et
  • des opérations dans des régions isolées ou non cartographiées.

La Flotte satisfait à ses diverses responsabilités, en partie parce qu’elle est polyvalente, proactive et hautement adaptable, et que la sécurité est sa principale préoccupation. Elle est active dans cinq régions, avec des Centres des opérations régionales (COR) qui attribuent des tâches aux navires en vertu du Plan d’exploitation de la Flotte afin de remplir nos engagements en matière de services et les obligations définies dans notre mandat. Le graphique 2 présente la répartition des navires par région, en 2009-2010.

Graphique 2 : Répartition des navires par région, 2009–2010

1.3 NOTRE ENVIRONNEMENT

Les opérations et les services de la Flotte de la Garde côtière canadienne sont tributaires du flux et du reflux de l’économie, de l’environnement et de la société dans son ensemble. Le monde de nos clients est lui aussi tributaire d’un flux constant, qui nous contraint à nous adapter à des besoins de services et des priorités en fonction d’éléments qui s’inscrivent le plus souvent au-delà de notre portée.

Plusieurs facteurs placent une demande accrue sur les efforts d’appui de la Flotte aux programmes de déglaçage, de recherche et sauvetage, d’intervention environnementale et de services de gestion des voies navigables, par exemple. Notons entre autres le trafic maritime accru, les évolutions technologiques et les changements climatiques qui influent sur les niveaux de l’eau et la prolongation des saisons de navigation. La Flotte doit par ailleurs veiller à ce que sa capacité soit en mesure de répondre aux priorités maritimes évolutives du gouvernement du Canada ainsi qu’à l’intérêt international accru dans la protection des habitats marins. L’accent plus marqué de la présence canadienne dans l’Arctique, par exemple, génère autant de défis que de nouvelles possibilités. Il est par conséquent essentiel pour la Flotte – et pour la GCC dans son ensemble – de trouver un moyen d’équilibrer les besoins, les demandes et les attentes des Canadiennes et des Canadiens, des clients et des intervenants avec les ressources à sa disposition.

Une nation maritime comme le Canada n’a d’autre choix que de s’appuyer sur une flotte de navires et d’hélicoptères efficace, efficiente, adaptable et prête pour la mission. Les initiatives détaillées dans ce rapport ont été entreprises de sorte à veiller à ce que la Flotte puisse relever ses défis et continuer d’améliorer son rendement. Un soutien plus marqué à nos professionnels maritimes, pour les aider à intervenir en toute confiance sur les incidents et autres situations de crise ainsi qu’à assurer des services de qualité supérieure à nos clients, à nos partenaires et à tous les Canadiens, est une priorité importante pour la Flotte.

NGCC Cape Mudge, navire de SAR
NGCC Cape Mudge, navire de SAR

Navire de la Garde côtière canadienne se dirigeant vers la mer
Navire de la Garde côtière canadienne se dirigeant vers la mer