ARCHIVÉ - MESSAGE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA FLOTTE DE LA GARDE CÔTIÈRE CANADIENNE (GCC)

Attention Cette information est archivée parce qu'elle est désuete et n'est plus pertinente.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

C’est avec une grande fierté que je vous présente le Rapport annuel de la Flotte de la Garde côtière canadienne (GCC). Ce rapport, qui couvre la période du 1er avril 2009 au 31 mars 2010, représente pour nous une nouvelle occasion d’expliquer aux Canadiennes et aux Canadiens, à nos clients, nos employés et aux parties intéressées le rôle, les services et les capacités de la Flotte de la Garde côtière canadienne. Ce faisant, nous nous efforçons de démontrer l’optimisation que nous faisons de nos ressources, sans hésiter toutefois à examiner les écueils, les écarts et les risques en vue d’améliorer nos services et nos capacités. Des renseignements plus détaillés relatifs au Plan d’activités et au Plan stratégique des ressources humaines de la GCC sont accessibles à l’adresse suivante : http://www.ccg-gcc.gc.ca/.

Le rapport de cette année porte sur la façon dont la sécurité influe sur tout ce que nous faisons pour appuyer les programmes et les activités du gouvernement fédéral en mer. Sont concernés, notamment, les services SAR maritimes, les opérations d’appui à la Sûreté maritime, les activités de conservation et de protection des pêches, les activités de déglaçage, les aides à la navigation ainsi que les autres activités en mer. Notre Système et nos protocoles internes de gestion de la sûreté et de la sécurité sont déterminants pour veiller à ce que ces activités se déroulent de la façon la plus sécuritaire possible. Notre personnel doit être en mesure de s’adapter tant rapidement qu’en toute sécurité à l’évolution des circonstances lorsqu’il est en mer, en particulier lorsqu’il effectue des opérations risquées, mais néanmoins nécessaires.

UNE CULTURE DE LA SÛRETÉ

La Flotte de la Garde côtière canadienne met l’accent sur la sûreté afin de veiller à être en mesure d’apporter la meilleure aide possible aux personnes en détresse sur l’eau. Pour ce faire, elle déploie tous les efforts possibles pour veiller à ce que la sûreté soit la première chose qui nous vienne à l’esprit dès qu’il s’agit de nos employés, de nos opérations et de nos pratiques de gestion.

Gary Sidock
Gary B. Sidock
Directeur général de la Flotte
Garde côtière canadienne

La Flotte de la Garde côtière canadienne met l’accent sur la sûreté afin de veiller à être en mesure d’apporter la meilleure aide possible aux personnes en détresse sur l’eau. Pour ce faire, elle déploie tous les efforts possibles pour veiller à ce que la sûreté soit la première chose qui nous vienne à l’esprit dès qu’il s’agit de nos employés, de nos opérations et de nos pratiques de gestion.

Sécurité personnelle : Sachant que la plupart des opérations de la GCC se déroulent dans un environnement à haut risque, la sécurité personnelle, notamment les équipements de protection individuelle, la formation, les procédures et les analyses des risques liés aux tâches sont une priorité.

Sécurité des opérations : Tous les navires fonctionnent en vertu de codes de sécurité, de gestion des ressources humaines et des pratiques de gestion de l’entretien conçus dans la plus grande rigueur.

Un organisme de sécurité : En notre qualité d’organisme axé sur la sécurité, nous nous efforçons en permanence d’améliorer notre rendement en veillant à une gestion saine des incidents, en tirant des leçons de nos erreurs et en respectant toutes les normes qui s’appliquent à un lieu de travail sûr.

C’est ainsi que la sûreté constitue la principale directive pour chacun de nos employés, outre une philosophie opérationnelle pour toutes les actions entreprises dans cet environnement physique, le plus souvent porteur de défis, dans lequel la Flotte est exploitée.

La Flotte de la GCC connaît des moments dynamiques et prometteurs. En termes de renouvellement de la Flotte, nous continuons à réaliser d’importants progrès au chapitre de l’élaboration et de la construction de ces grands navires déjà financés dans le cadre des budgets fédéraux antérieurs (voir les détails au chapitre 3). Le programme de construction de patrouilleurs semi-hauturiers (PSH) en particulier est bien avancé, alors que nous attendons le premier de nos neuf navires au cours de l’automne 2011. En outre, la GCC entre dans sa dernière année du Plan d’action économique (PAE) de 175 millions de dollars, assorti de nombreux projets de prolongation de la durée de vie (PDV), de radoub, d’acquisition de petits navires et de petites embarcations, livrés, achevés, ou dans les temps pour livraison le 31 mars 2011.

En ce qui a trait aux finances, en dépit de certains progrès observés en termes de remplacement d’actifs, le ministère des Pêches et des Océans (MPO) et la GCC, y compris la Flotte, éprouvent toujours des difficultés financières au niveau de leurs budgets de fonctionnement. À la suite du gel des salaires, des initiatives d’efficacité opérationnelle ont été entreprises visant à réduire les coûts tout en maintenant un niveau élevé de services aux clients, et ce, malgré les niveaux accrus d’activité et de demandes en matière de programme. Il est probable que ce climat fiscal se poursuivra à court comme à moyen terme, vraisemblablement au cours des deux à trois prochaines années, pendant que les ministères et les organismes du gouvernement oeuvrent ensemble à la restauration de l’équilibre fiscal auquel les Canadiennes et les Canadiens sont en droit de prétendre.

La visibilité de la Flotte est en grande partie le résultat de sa très bonne réputation dans le cadre de ses opérations en mer, quoique ses succès les plus remarquables de cette année notons ses efforts de préparation opérationnelle et de planification. Deux autres domaines de succès sont à souligner au niveau de son rôle important de soutien à la sûreté et à la sécurité en mer pendant les Jeux olympiques de Vancouver de 2010, ainsi que la planification et la préparation exceptionnelles de la Flotte lors de la pandémie de grippe H1N1. Je tiens à féliciter toutes les personnes qui ont participé à la planification et à la prestation des opérations d’appui de la Flotte aux Jeux olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver. Leur dévouement s’inscrivait dans la meilleure tradition de la Flotte et de la Garde côtière canadienne dans son ensemble. J’aimerais aussi souligner que nos efforts tant avant que pendant la période de pandémie de grippe H1N1 se sont traduits par un service sans interruption, alors qu’en même temps nos équipes veillaient à la santé et à la protection de notre personnel navigant, lesquelles sont demeurées une priorité.

Au cours de l’année écoulée, la GCC et la Flotte ont continué de mettre l’accent sur les difficultés auxquelles nos ressources humaines sont confrontées. En ce qui concerne la Flotte, nombre de ses employés expérimentés comptent prendre leur retraite au cours des prochaines années. Au cours de cette même période, un nombre accru de personnel maritime sera nécessaire pour prendre les commandes de nos nouveaux vaisseaux. D’autres pressions, notamment l’ouverture de postes d’ingénieurs navals pour répondre aux besoins liés à la mise en oeuvre de la Stratégie de gestion de l’entretien des navires, ainsi que de gestionnaires de projet aux qualifications diverses, continuera d’augmenter la demande en personnel maritime qualifié. Certaines initiatives sont bien avancées, qui permettront de relever ces défis. Elles concernent l’inscription croissante d’élèves officiers au Collège de la GCC, à commencer par la classe des élèves de première année 2009-2010 (en hausse de 64 par rapport à 48), le lancement et la mise en oeuvre du programme de certification des équipages de navires, des ententes renforcées avec les écoles nautiques provinciales, et les progrès importants réalisés relativement au recrutement et à la rétention, notamment par le Groupe de renouvellement de la main-d’oeuvre nationale de la GCC.

La GCC et la Flotte ont réalisé des progrès importants dans un certain nombre de domaines au cours de l’année écoulée, mais il reste encore beaucoup à faire. Aujourd'hui plus que jamais, nous sommes déterminés à veiller à ce que les employés de la Flotte bénéficient des ressources, du matériel, du perfectionnement professionnel et des capacités dont ils ont besoin de sorte à continuer à servir les Canadiennes et les Canadiens du mieux possible.

J’espère que cette édition de notre Rapport annuel de la Flotte se révélera un compte rendu édifiant de nos activités au cours de l’année écoulée.

Mais par-dessus tout, permettez-moi de vous rappeler que chaque garde-côte porte en lui les qualités d’un recruteur.

Saluti Primum, Auxilio Semper

Gary B. Sidock,
Directeur général de la Flotte
Garde côtière canadienne

NGCC Cape Cockburn, navire de SAR
NGCC Cape Cockburn, navire de SAR