ARCHIVÉ - Plan d'activités de la GCC de 2010 à 2013

Attention Cette information est archivée parce qu'elle est désuete et n'est plus pertinente.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.


Section 2 : Où nous en sommes actuellement

On a déterminé que les risques et les défis émanent de plusieurs sources à la GCC :

  • L’examen du budget de services votés de 2006;
  • Le rapport de 2007 de la vérificatrice générale;
  • Une analyse de l’environnement effectuée à l’automne 2009; et
  • Notre profil de risques de 2009.

En 2009, la GCC procédait à une mise à jour de son profil de risques. Cette démarche impliquait une analyse rigoureuse de l’environnement dans lequel nous évoluons, l’identification et l’évaluation des risques et des défis qui pourraient nous empêcher d’atteindre nos objectifs, ainsi que l’identification des mesures d'atténuation devant nous aider à gérer ces risques. Les risques sont demeurés pratiquement inchangés depuis le profil précédent, développé en 2006. Ces résultats ont été intégrés à notre exercice d’établissement des priorités et notre processus décisionnel.

Nous répondrons à ce défi/risque…

avec des stratégies ou des initiatives principales…

qui sont décrites en détail…

Assurer la prochaine génération de ressources humaines*

(également identifié dans le Profil de risques du MPO comme étant le capital humain)

Jetant un regard sur les prochaines années, la GCC prévoit une augmentation des taux d'attrition. D'ici 2014, la GCC prévoit qu'environ 1372 employés (31 % de nos effectifs) quitteront l'organisation. Cela comprend la perte potentielle de 786 employés dans nos groupes à risque (officiers de navire, équipage de navires, agents des Services de communications et de trafic maritimes, technologues de l’électronique de la marine et communauté des ingénieurs), soit 57 % des départs prévus.

La GCC prévoit relever ces défis en mettant l'accent sur des effectifs qualifiés et représentatifs, le perfectionnement et le soutien des effectifs, ainsi qu’une gestion juste et efficace. Les principales initiatives aideront à soutenir les efforts de recrutement et de maintien en poste dans les cinq groupes à risque.

Des effectifs qualifiés et représentatifs

À la section 3, Priorité 1: Nos gens

Perfectionnement et soutien des effectifs

À la section 3, Priorité 1: Nos gens

Une gestion juste et efficace

À la section 3, Priorité 1: Nos gens

Formation technique des Services de communications et de trafic maritimes

À la section 5, Services de communications et de trafic maritimes

État de préparation opérationnelle de la flotte de la GCC — Initiatives en matière de ressources humaines

À la section 5, État de préparation opérationnelle de la flotte

La communauté des ingénieurs

À la section 5, Gestion du cycle de vie des biens

Initiative de transformation du Collège de la Garde côtière canadienne

À la section 5, Collège de la Garde côtière canadienne

Évolution de la demande des services de la Garde (également identifié dans le Profil de risques du MPO comme étant les attentes des intervenants)

Malgré le repli économique récent à l'échelle mondiale, on s’attend à ce que le trafic maritime augmente à moyen ou à long terme. Ce trafic, ainsi que les progrès technologiques rapides dans l’industrie maritime, l’intensification de l’exploitation pétrolière et gazière en mer et les impacts du changement climatique, incluant la variation des niveaux d’eau et la possibilité de prolongation des saisons de navigation, comptent parmi les facteurs qui, selon nos prévisions, entraîneront une augmentation de la demande des services maritimes de la Garde côtière, incluant l’aide a la navigation, le déglaçage, la recherche et le sauvetage, SCTM, l’intervention environnementale et la gestion des voies navigables. La GCC doit également être en mesure de répondre aux besoins maritimes en évolution constante du gouvernement du Canada. La priorité croissante de l’Arctique, par exemple, suscitera des défis et des possibilités pour la GCC. Le défi que doit relever la GCC consiste à assurer un équilibre entre les besoins, les demandes et les attentes des Canadiens, des clients et des intervenants, et ce, à partir des ressources disponibles.

Mise à jour du plan de renouvellement à long terme de la flotte de la Garde côtière

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Acquisition de nouveaux navires et de navires de rechange

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Planification à long terme des infrastructures à terre

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Navigation électronique

À la section 3, Priorité 3: Notre avenir

Consolidation de notre capacité de respecter nos obligations dans l’Arctique

À la section 3, Priorité 3: Notre avenir

Examen des services de phares

À la section 5, Aides à la navigation

Étude post-Panamax, fleuve Saint-Laurent

À la section 5, Gestion des voies navigables

NAVAREA (Zones de navigation)

À la section 5, Services de communications et de trafic maritimes

Santé des océans

À la section 5, Services d’intervention environnementale

Cadre de programme stratégique pour les programmes de services maritimes de la GCC

À la section 6

Ententes sur les niveaux de service avec les clients du MPO

À la section 6

Infrastructure vieillissante*

(également identifié dans le Profil de risques du MPO comme étant l’infrastructure physique)

La flotte de 40 navires de la GCC vieillit, ce qui influence la fiabilité des navires ainsi que la capacité de répondre aux demandes des divers programmes. À mesure que les navires avancent en âge, le nombre de pannes augmente, ce qui entraîne une hausse des coûts d’entretien. Dans les derniers budgets fédéraux, la Garde côtière s’est vu remettre la somme de 1,4 milliard de dollars [plus 27,3 M$ pour l’aéroglisseur] afin de faire l’acquisition de 14 gros navires neufs et d’un aéroglisseur. Cependant, il lui faudra encore plusieurs années pour acquérir tous ces navires. On a prévu, dans le budget 2009, la somme de 175 millions de dollars, grâce au Plan d'action économique, afin de faire l’achat de 98 petits bateaux et barges,  procéder au radoub et prolonger la durée de vie de cinq gros navires, dans le but de faciliter ainsi la transition.

Malgré des investissements considérables depuis 2003, la plupart de nos infrastructures à terre (comme les bases de la GCC, les aides à la navigation fixes, les tours de radio, les centres de SCTM, etc.) sont au-delà de leur durée de vie opérationnelle et continueront à se détériorer. Le défi consiste à faire l’acquisition et l’entretien des biens nécessaires afin de pouvoir ainsi offrir les services rendus nécessaires en raison du vieillissement des infrastructures ainsi que pour réagir aux changements technologiques rapides. Par exemple, les services de navigation délaissent les aides physiques traditionnels pour évoluer vers un service électronique plus moderne et basé principalement sur l’information. 

Mise à jour du plan de renouvellement à long terme de la flotte de la Garde côtière

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Acquisition de nouveaux navires et de navires de rechange

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Plan d’action économique

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Planification à long terme des infrastructures à terre

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Aides à la navigation au 21e siècle

À la section 5, Aides à la navigation

Entretien amélioré de la flotte actuelle

 

À la section 5, État de préparation opérationnelle de la flotte

Amélioration de l’entretien des biens à terre actuels

À la section 5, Gestion du cycle de vie des biens

Fonctionnement d’une véritable institution nationale

Le rapport de la vérificatrice générale et notre propre examen interne des services votés ont révélé que nous devons uniformiser davantage la conception et la prestation de notre programme national tout en protégeant l’autorité opérationnelle et les responsabilités régionales.

Guide des systèmes de gestion du cycle de vie

À la section 5, Gestion du cycle de vie des biens

Système de gestion des biens

À la section 5, Gestion du cycle de vie des biens

Amélioration de l’entretien des infrastructures à terre actuelles

À la section 5, Gestion du cycle de vie des biens

Protocoles de communication

À la section 6

Identité accrue de la Garde côtière canadienne

À la section 6

Partenariats au niveau de la prestation des services*

(également identifié dans le Profil de risques du MPO comme étant les partenariats et la collaboration)

La GCC compte sur l’aide de tierces parties pour réaliser les fonctions entourant la mise en œuvre des programmes et services de la GCC, comme les services ministériels, les achats ainsi que les acquisitions. La simplification des achats au fédéral constitue une priorité de premier ordre du gouvernement, alors que la Garde côtière doit travailler en étroite collaboration avec les autres ministères et organismes centraux du gouvernement afin de développer des processus plus rationalisés pour faire l’acquisition des biens et des capacités nécessaires à la prestation des services. L’organisme collabore également avec les autres ministères, organismes et bénévoles du gouvernement fédéral (dont la Garde côtière canadienne auxiliaire (GCCA) ainsi que d'autres intervenants) afin de contribuer ainsi à réaliser les mandats du fédéral pour les Canadiens. Le défi de la GCC à cet égard vise à accroître l’efficacité de nos partenariats.

Acquisition de nouveaux navires et de navires de rechange

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Navigation électronique

À la section 3, Priorité 3: Notre avenir

Étude post-Panamax, fleuve Saint-Laurent

À la section 5, Gestion des voies navigables

Équipe des enquêtes sur la sûreté maritime

À la section 5, Sûreté maritime

Centres des opérations de la sûreté maritime

À la section 5, Sûreté maritime

Examen de la relation de travail avec Ressources humaines et Services intégrés de MPO

À la section 6

Gestion de l’information*

(également identifié dans le Profil de risques du MPO comme étant l’information à des fins décisionnelles)

Divers rapports, examens et exercices ont identifié l'amélioration nécessaire face à notre capacité d’acquérir, de mettre en application, de gérer et de diffuser l’information nécessaire à nos décisions touchant les activités, les opérations, l’entretien et les investissements, ainsi que pour mesurer le rendement. Cette information est indispensable pour faciliter nos opérations de tous les jours ainsi que pour prendre nos décisions stratégiques.

Planification à long terme des infrastructures à terre

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Mise à jour des systèmes d’information sur le trafic maritime

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Stratégie de recherche et développement

À la section 3, Priorité 3: Notre avenir

Cadre de programme stratégique pour les programmes de services maritimes de la GCC

À la section 6

Sûreté maritime

Depuis septembre 2001, la GCC est un partenaire clé dans l’approche du Canada qui mise sur plusieurs organismes dans le domaine de la sûreté maritime. La GCC bénéficie d’un vaste mandat qui consiste à offrir un soutien aux autres ministères du gouvernement, alors que le gouvernement et les Canadiens s’attendent à ce que la GCC soit prête et capable d’intervenir pour appuyer les autres mandats du ministère en matière de sécurité. Par conséquent, la GCC s’est vu remettre un financement destiné précisément à la sécurité nationale afin d’apporter son soutien aux activités de sécurité maritime. Puisque la contribution de la GCC aux efforts de collaboration dans le domaine de la sécurité maritime constitue une des mesures de soutien proactif entrant dans le cadre du partenariat avec la communauté fédérale du renseignement et de l’exécution de la loi, il est important de définir clairement le rôle de la GCC au sein de l’organisation et à l’endroit de nos partenaires.

Acquisition de nouveaux navires et de navires de rechange

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Mise à jour des systèmes d’information sur le trafic maritime

À la section 3, Priorité 2: Nos biens

Consolidation de notre capacité de respecter nos obligations dans l’Arctique

À la section 3, Priorité 3: Notre avenir

Équipe des enquêtes sur la sûreté maritime

À la section 5, Sûreté maritime

Centres des opérations de la sûreté maritime

À la section 5, Sûreté maritime

Système d’identification automatique

À la section 5, Sûreté maritime

Système d'identification et de repérage à longue distance des navires

À la section 5, Sûreté maritime

* Identifié comme un risque important dans le Profil de risques de l'organisation de 2009 de la GCC.