ARCHIVÉ - MESSAGE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA FLOTTE DE LA GARDE CÔTIÈRE CANADIENNE (GCC)

Attention Cette information est archivée parce qu'elle est désuete et n'est plus pertinente.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Je suis fier de présenter le second Rapport annuel de la Flotte de la Garde côtière canadienne. Ce document détaille l'information relative à la Flotte de la Garde côtière, à son personnel et à ses services, et présente un aperçu de nos défis et de nos réalisations au cours de l'exercice 2007- 2008, dans le but d'expliquer la manière dont nous servons le Canada, les Canadiens et les Canadiennes.

Le professionnalisme, l'excellence et le dévouement de nos employés sont autant d'atouts qui permettent à la Flotte d'assurer un éventail complet de services essentiels dans certaines des conditions environnementales et opérationnelles les plus difficiles au monde. Le personnel de la GCC comprend, accepte et respecte les risques inhérents à nos activités et fait de son mieux pour assurer la sûreté maritime, la sécurité et la protection environnementale pour tous les Canadiens et les Canadiennes.

La Flotte est, par essence, une organisation capable d'une grande souplesse, exploitée dans un environnement dynamique et au service d'une clientèle très variée. Nous nous adaptons aux conditions immédiates - en mer et au gré d'une météo susceptible de changer sans prévenir - ainsi qu'aux tendances à long terme qui ont une incidence fondamentale sur les besoins et les priorités maritimes du Canada. Je fais référence notamment aux conditions de glace imprévisibles et à la densité accrue de trafic en Arctique qui découlent du changement climatique, aux besoins plus pressants en matière de sécurité le long de nos frontières, à une exploitation accrue des ressources naturelles, et à une économie plus mondialisée qui contribuent à la hausse du trafic maritime et de la concurrence concernant la disponibilité des marins qualifiés.

Gary B. Sidock
Gary B. Sidock
Directeur général de la Flotte
Garde côtière canadienne

En 2007-2008, la Garde côtière a poursuivi ses efforts concertés visant les améliorations de gestion et le renouvellement de la Flotte. Les engagements financiers des récents budgets nous ont permis de démarrer des opérations de recapitalisation de notre flotte, marquées notamment par le projet de construction d'un brise-glace polaire, le premier de sa catégorie et de notre histoire. En outre, la planification intégrée des activités et des ressources humaines nous permet de nous préparer au roulement important de personnel que nous anticipons, alors que les efforts que nous consacrons à la création d'une institution véritablement nationale nous ont permis d'améliorer la livraison et l'efficacité de nos services malgré une flotte vieillissante.

En 2007-2008, la Flotte de la GCC a :
livré 31 499 jours opérationnels ou travaillé 86 années
parcouru 1 324 719 milles nautiques ou 61 voyages autour de la terre
consommé 64 613 251 litres de carburant pour les navires ou fait le plein de 1 292 265 voitures compactes

Le rapport de cette année consacre une section spéciale à nos opérations en Arctique (voir page 24). Pendant l'année 2007-2008, en plus de nos engagements de service constants, la Flotte a soutenu sept projets en mer Arctique sous l'égide de l'Année polaire internationale, le plus vaste programme international de recherche scientifique jamais entrepris sur les régions Arctiques. Ceci incluait le déploiement dans l'Arctique du NGCC Amundsen pour une période continue de quinze mois pour la réalisation de l'Étude de la polynie côtière circumpolaire arctique et les études sur la Santé Inuite et ArcticNet. La GCC a par ailleurs appuyé les efforts continus visant à documenter la soumission du Canada auprès de la Commission des Nations Unies concernant les limites du plateau continental, afin d'étendre les droits souverains du Canada, un élément fondamental de la volonté du pays de réaffirmer sa souveraineté en Arctique. La GCC a également participé à l'opération Nanook, un exercice de grande ampleur en Arctique par les Forces canadiennes en coopération avec la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la GCC, et qui avait pour but d'assurer la protection de la souveraineté canadienne.

En ce qui concerne l'avenir, nous pouvons nous attendre à ce que la demande pour nos services augmente et évolue, au fur et à mesure que nous nous adapterons aux besoins de la population et du gouvernement du Canada. J'aimerais encourager nos lecteurs à consulter le site Web de la GCC, où ils trouveront notamment notre Plan d'activités et autre information qui définit nos priorités et nos engagements pour les années à venir : www.ccg-gcc.gc.ca

J'espère que ce deuxième Rapport annuel de la Flotte se révèlera un récapitulatif instructif de nos activités au cours de l'année écoulée. À sa lecture, je constate qu'il souligne le dévouement et l'enthousiasme de notre personnel, comme l'illustrent les exemples qui y sont présentés, ce qui conforte ma confiance en notre potentiel collectif de combler les attentes des Canadiennes et des Canadiens pour qui nous travaillons avec fierté.

Sécurité d'abord, Service constant,

Gary B. Sidock
Directeur général de la Flotte
Garde côtière canadienne

NGCC Leonard J. Cowley, patrouilleur hauturier
NGCC Leonard J. Cowley, patrouilleur hauturier
Photo : Région T.-N.-L.