ARCHIVÉ - Plan d’investissement intégré 2011-2012 à 2015-2016

Attention Cette information est archivée parce qu'elle est désuete et n'est plus pertinente.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

INTRODUCTION

LE SAVIEZ-VOUS ?

Une analyse des lacunes en matière de capacité est un exercice qui permet de comparer les capacités cibles avec les capacités rendues possibles grâce aux biens actuellement en place. Cela permet à un organisme de déterminer les lacunes concernant sa capacité à remplir son mandat.

Une analyse des solutions de rechange est un exercice qui permet de déterminer un éventail raisonnable d’options pour combler les lacunes en matière de capacité et d’établir une option privilégiée qui sera élaborée pour en faire une proposition d’investissement.

L’examen par les pairs est un processus d’autoévaluation auquel participent des personnes qualifiées de tout le pays. Ce groupe classe chaque proposition d’investissement afin de s’assurer que les ressources sont allouées aux priorités les plus élevées.

Le Plan d’investissement intégré (PII) de la Garde côtière canadienne (GCC) concerne les investissements prévus de l’organisme au cours de la période de 2011-2012 à 2015-2016. En menant à bien une analyse des lacunes en matière de capacité, une analyse des solutions de rechange et un processus d’examen par les pairs, l’organisme de service spécial (ci-après nommé l’« organisme ») a désigné et ciblé des biens pour répondre aux exigences les plus urgentes de son programme. Pour ce cycle de planification, la Garde côtière a déterminé des investissements de l’ordre de 1,8 milliard de dollars ainsi que plusieurs sources de financement pour favoriser la mise en œuvre continue des programmes.

En donnant la priorité aux exigences urgentes de son programme, la GCC est mieux placée pour examiner les solutions de rechange en matière de propriété des biens, comme l’acquisition de services. Alors que ce processus de planification des investissements nous assure que le financement est destiné aux priorités les plus importantes, le taux actuel de réinvestissement dans les biens n’est pas suffisamment élevé pour assurer le remplacement des biens essentiels à la fin de leur durée de vie opérationnelle. La Garde côtière devrait tirer profit des solutions de rechange aux nouveaux biens dans la mesure du possible (p. ex. trouver d’autres façons d’offrir un service plutôt que d’investir dans des infrastructures), afin d’utiliser l’argent des contribuables de façon efficiente et efficace.

Le PII est un outil de gestion en fonction duquel on pourra mesurer le rendement. Ce plan constitue une version étendue de l’information concernant la Garde côtière canadienne que l’on trouve dans le plan d’investissement de Pêches et Océans Canada (MPO), présenté au Conseil du Trésor aux fins d’approbation tous les trois ans.

Le Plan d’investissement intégré de la Garde côtière comporte quatre sections :

  1. Le contexte de planification des investissements prépare le terrain pour nos décisions concernant les investissements proposés dans les sous-sections suivantes :
    • Qui nous sommes et ce que nous faisons.
    • Les biens que nous utilisons pour faciliter la mise en œuvre de nos programmes.
    • Nos besoins en matière d’investissement.
    • Le financement disponible pour les investissements à la GCC.
    • Notre processus décisionnel en matière d’investissement.
  2. Les décisions d’investissement définissent la vision de la Garde côtière canadienne en matière d’investissement pour les cinq prochaines années et au-delà dans les sous-sections suivantes :
    • L’investissement de nos ressources : de 2011-2012 à 2015-2016.
    • Contrer les risques entourant le plan d’investissement.
    • Notre rendement par rapport au plan d’investissement.
    • L’investissement de nos ressources : un regard au-delà de 2015-2016.
  3. Les détails des investissements constituent une liste détaillée des investissements que nous prévoyons effectuer au cours des cinq prochaines années.
     
  4. La conclusion permet d’évaluer les résultats de ce premier cycle de planification au moyen de l’approche de planification intégrée des investissements de la GCC.

Ce document comporte également quelques annexes qui renferment de l’information détaillée devant aider à mieux comprendre les décisions évoquées dans ce plan.