4. Besoins des utilisateurs

En octobre 2009, la Garde côtière canadienne (GCC) a demandé au comité consultatif maritime national (CCMN) d'examiner les besoins de l'industrie par rapport aux service de déglaçage offerts par la CCG dans le Nord et dans le Sud du Canada et de recommander un éventail d'options et d'enjeux à considérer lors de la détermination de ces besoins. Un document de travail a également été fourni aux membres qui décrivait plusieurs facteurs opérationnels et environnementaux qui ont une incidence sur la prestation du programme de déglaçage.

Une série de rencontres a eu lieu dans les Régions et ont précédé la réunion du sous-comité national sur le déglaçage qui s'est tenue le 2 juin 2010 où chacun des conseils consultatifs régionaux a présenté ses besoins en matière de brise-glaces. Lors de cette rencontre, de nombreuses questions soulevées durant le processus d'examen ont fait l'objet de discussions approfondies.

Un résumé des rapports des comités régionaux sur le déglaçage réalisé en 2010 est présenté ci-dessous. Il précise le nombre de brise-glaces requis pour appuyer le transport maritime commercial de même que le secteur où ils doivent être affectés. Des renseignements supplémentaires sont présentés à l'annexe A: Besoins des utilisateurs – Comité consultatif maritime.

Centre et Arctique

Les membres du sous-comité sur le déglaçage pour les Grands Lacs ont réitéré le besoin pour le Navire de la Garde côtière canadienne (NGCC) Samuel Risley et le NGCC Griffon dans la Région du Centre et de l'Arctique; aussi, pour l'ouverture de la Voie Maritime au printemps, ils requièrent de la région du Québec le NGCC Martha L. Black, le NGCC Tracy et un véhicule à coussin d'air. Un brise-glace moyen est également demandé lors des hivers rigoureux pour couvrir la section de la Voie maritime jusqu'au lac Supérieur. À plus long terme, les clients ont demandé que deux autres brise-glaces soient disponibles pour la région des Grands Lacs à certaines périodes critiques de l'année notamment pour le lac Ontario, la Voie maritime du Saint-Laurent et le secteur supérieur des Grands Lacs. Ceci permettrait de desservir le secteur Ouest du lac Supérieur, Thunder Bay et la baie Georgienne.

Les membres du sous-comité sur le déglaçage pour l'Arctique ont indiqué que la CCG n'a pas suivi le rythme des changements dans le Nord ni répondu aux nouveaux besoins. Le transport maritime commercial opère de façon indépendante dans l'Arctique sans l'appui des brise-glaces au début et à la fin de la période de navigation. Les membres du comité ont demandé que la CCG prolonge la durée de ses activités dans le Nord et que les brise-glaces arrivent plus tôt en début de saison et y demeurent jusqu'à ce que le dernier navire de ravitaillement ait quitté pour le Sud.

Québec

Les membres du sous-comité sur le déglaçage pour la Région du Québec ont confirmé la pertinence actuelle des besoins identifiés en 1997. En outre, ils ont demandé qu'un brise-glace soit en disponibilité sur le fleuve Saint-Laurent du 1er au 15 décembre, au cas où de la glace se formerait avant le déploiement des brise-glaces, prévu actuellement pour le 15 décembre. Un brise-glace moyen a aussi été également réclamé pour le golfe du Saint-Laurent du 11 au 31 mars. Les membres du sous-comité ont aussi suggéré l'utilisation d'un brise-glace léger plutôt que moyen dans la Voie Maritime lorsque la concentration de glace est faible.

Maritimes

Les membres du sous-comité sur le déglaçage pour la Région des Maritimes ont demandé qu'un brise-glace léger soit disponible à compter du 15 décembre au lieu du 21 décembre, afin d'appuyer la navigation dans la baie des Chaleurs, le secteur de l'île Miscou et le détroit de Northumberland. En raison des conditions glacielles dans le détroit de Northumberland et à l'Est de l'Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.), un brise-glace moyen devrait être affecté à ce secteur pendant toute la saison en plus du brise-glace léger. Il faudrait aussi maintenir le service d'un brise-glace moyen ou lourd dans le centre du Golfe.

Terre-Neuve-et-Labrador

Les membres du sous-comité sur le déglaçage pour la Région de Terre-Neuve ont indiqué que les services de déglaçage seront encore requis pour appuyer les activités du service provincial de traversiers. Ils reçoivent également de plus en plus de demandes pour que soit prolongée la saison d'exploitation actuelle sur la côte du Labrador.